Actualités

 
Une journée au Tribunal correctionnel de METZ

La matinée, les élèves ont découvert le personnel judiciaire : le Président, une avocate, une greffière, un représentant de la gendarmerie. La journée étant très chargée, nous n’avons pas pu rencontrer le procureur. Toutes sortes de questions leur ont été posées afin de connaître leurs rôles au sein du tribunal. L’avocate a présenté son métier de façon à enlever tout apriori. En effet, le rôle d’un avocat est très formalisé. Lors d’une audience, ce dernier ne peut en aucun cas prendre la parole comme il le souhaite, il doit respecter un ordre de parole très précis. C’est le Président qui donne la parole à chaque personne présente, les stéréotypes des téléfilms américains sont à bannir car ils ne reflètent pas la réalité. La greffière a parlé de l’importance de son travail lors des audiences. Contrairement à ce que l’on peut penser, sa présence est primordiale autant pour le compte rendu que pour la validité de la peine prononcée. En effet, sans sa signature la peine prononcée n’a aucune valeur. La fin de la matinée a été consacrée à la présentation du représentant de la gendarmerie. Il nous a exposé les dangers de l’alcool et des drogues en posant des questions ayant un lien avec le code de la route ou avec le fait de consommer ces produits dans la vie quotidienne dans n’importe quelle situation. Hamza a notamment pu tester en direct un éthylotest. L’après-midi, nous avons eu la chance d’assister à deux comparutions immédiates extrêmement éprouvantes. Lors de la première comparution immédiate, le prévenu était menotté et enchaîné car il était très violent. À travers son comportement, nous avons pu observer qu’il avait l’air de souffrir, il était entouré d’une dizaine de policiers ce qui fut une expérience impressionnante. Il n’a pas pu être jugé malgré son accord. Le juge a décidé de le transférer dans une autre prison, celle de Châlons-en-Champagne et son audience a été reportée au 27 mars 2017. La seconde comparution, nous a choqués car le prévenu était à peine plus âgé que nous et il avait un parcours judiciaire lourd. Il a été condamné à 5 mois de prison ferme pour ne pas être rentré en prison après une journée de liberté consacrée à trouver un emploi. Sa date de sortie était prévue début janvier 2017. Cette journée a été inoubliable pour chacun de nous et nous permettra de préparer la reconstitution d’audience au mois de mai prochain. Il s’agit d’une comparution immédiate. L’affaire concerne une personne alcoolisée, récidiviste, qui a agressé trois policiers municipaux.

« Si l'homme échoue à concilier la justice et la liberté, alors il échoue à tout. » Albert Camus
Article rédigé par les élèves de la classe 1STMG2.
Responsables et accompagnateurs du projet : Madame VILPERT, professeur d’Histoire-Géographie, Madame ADDIS, professeur d’Eco-Gestion ainsi que Monsieur STEINER, Proviseur-Adjoint.